odae

L’ODAE publie son 8e rapport d’observation

Dans son 8e Rapport d’observation, l’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE romand) a choisi cette année de mettre en exergue la thématique des droits de l’enfant. Et pour cause. Grâce aux contributions de ses correspondant-e-s dans les associations de terrain (dont le CCSI, qui siège par ailleurs au comité), l’ODAE a pu constater que malgré la ratification par la Suisse de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant (CDE), le respect de ces droits n’allait (de loin) pas de soi.

Les exemples ne manquent pas : des enfants nés en Suisse qu’on renvoie vers un pays qu’ils ne connaissent pas ; des enfants malades menacés de ne plus avoir accès aux soins dont ils ont besoin parce que leur demande d’asile est rejetée ; des autorités qui minimisent l’importance des relations qu’entretiennent les enfants avec leurs parents pour justifier un refus d’autorisation de séjour ; des conditions d’hébergement très difficiles imposées aux familles qui demandent l’asile et qui ont de graves conséquences, notamment sur l’état de santé des enfants.

Rappelons que selon l’article 3 de la CDE, l’intérêt supérieur de l’enfant devrait être une considération primordiale dans toutes les décisions qui le concernent. Comment la Suisse peut-elle, au nom d’une politique migratoire restrictive, justifier d’être aussi mauvaise élève dans le domaine du respect des droits de l’enfant ?

Pour en savoir plus, nous vous recommandons vivement de télécharger la version électronique du rapport (qui contient de nombreux liens vers des fiches de cas) sur le site de l’ODAE. Bonne lecture!