Brève présentation du CCSI

Créé en 1974, le CCSI (Centre de Contact Suisses-Immigrés) travaille en faveur des droits des migrantes et des migrants dans notre pays. Par l’accompagnement individuel au sein de ses quatre consultations comme à travers l’engagement pour une politique migratoire d’ouverture, le CCSI défend une société qui traite sur pied d’égalité toutes celles et tous ceux qui la composent et la font vivre, quelle que soit leur nationalité d’origine. Ces deux pôles de notre action – l’individuel et le collectif – sont indissociables l’un de l’autre. Notre travail de terrain nourrit nos réflexions et influe sur les positions que nous défendons, de la même manière que les valeurs qui sont les nôtres se reflètent dans notre action au quotidien.

 

Le CCSI : un pôle d’expertise sur les questions migratoires

Le travail du CCSI au quotidien est assuré par une équipe d’une dizaine de salarié-e-s, travaillant tou-te-s à temps partiel. Cette équipe à la fois plurinationale, plurilingue, et pluridisciplinaire est un vivier de connaissances, de vécus, et de sensibilités diverses qui contribuent à faire du CCSI un lieu de travail vivant et dynamique.

Cependant, il est évident que le CCSI ne pourrait pas fonctionner sans les bénévoles et les militant-e-s, qui apportent un soutien inestimable au travail de l’association, tant pour des tâches très concrètes que sur le plan de la réflexion et de l’action collective. Une partie de ces bénévoles et militant-e-s est active au sein du Comité du CCSI, présidé par Sophie De Weck Haddad et Viviane Gonik.

L’expertise et la qualité du travail du CCSI sont largement reconnus: nous sommes régulièrement sollicités pour des interventions thématiques, pour donner des formations, pour répondre aux questions des médias, ou encore pour participer à des recherches académiques.

 

Le CCSI: un acteur clé du dispositif cantonal d’intégration

Avec ses plus de 7000 sollicitations par an pour la permanence d’accueil et de primo-information, et ses près de 3200 entretiens individuels réalisés dans ses quatre consultations, le CCSI est un lieu central pour les personnes migrantes à Genève. Il constitue l’une des principales portes d’entrée dans le réseau socio-sanitaire genevois, et grâce notamment à sa longue expérience, il offre aux personnes migrantes un accompagnement de grande qualité.

Le CCSI est également un observatoire grandeur nature des réalités migratoires: notre proximité du terrain nous permet de  suivre de près les évolutions, mais aussi de détecter rapidement les changements de paradigmes. Enfin, en raison notamment des liens de confiance que nous entretenons avec les populations sans statut légal, le CCSI est également aux premières loges pour constater les effets de la précarité sur une part toujours plus importante de la population du canton.

 

Le CCSI: un membre actif dans le réseau

Il serait impossible de lister de manière exhaustive les engagements divers, variés et mouvants du CCSI sur le plan de l’action collective, de la réflexion et du travail en réseau. En voici quelques exemples, et n’hésitez pas à nous contacter si vous cherchez de informations que vous ne trouvez pas sur notre site.

Politique cantonale d’intégration

Le CCSI est l’une des plus importantes organisations actives auprès des populations migrantes à Genève, et entretient de ce fait un partenariat très étroit avec le Bureau de l’intégration des étrangers (BIE) en participant activement à la mise en œuvre de la politique cantonale d’intégration (PIC) sur le terrain. Ainsi, le CCSI est membre du Groupe de suivi PIC, une délégation de cinq associations actives dans le domaine de l’intégration qui rencontre régulièrement le Délégué pour discuter des différents volets du dispositif cantonal en matière d’intégration et faire office de relais entre le Bureau et les associations de terrain. Il a également été appelé à participer au groupe de pilotage du Réseau d’accueil genevois (RAG). Impulsé par le BIE, le RAG réunit les acteurs du réseau s’adressant aux personnes nouvellement arrivées à Genève afin de coordonner leurs actions en matière d’accueil et de primo-information.

Défense des personnes sans statut légal

Une part importante des usagers-ères du CCSI est sans statut légal. Face aux réalités complexes qui sont les leurs, nous menons un intense travail en réseau pour défendre au mieux les droits de ces personnes migrantes parmi les plus précaires et vulnérables que compte le canton. Le CCSI est par exemple membre du bureau et du comité du Collectif de soutien aux sans-papiers de Genève, mais aussi de la Plateforme nationale pour les sans-papiers, ainsi que de plusieurs groupes de travail thématiques sur des thèmes tels que la santé, le travail dans l’économie domestique, ou encore l’accès à la justice.

Participation au CAPAS

Le CCSI est membre du CAPAS (Collectif d’associations pour l’action sociale) depuis sa création, et a rejoint le comité en juin 2016. Grâce aux échanges que le CAPAS favorise entre les acteurs du mouvement associatif genevois, nous sommes mieux armés pour défendre la spécificité du travail associatif, et pour renforcer nos relations avec l’Etat dans le sens d’un véritable partenariat. Au sein du CAPAS, le CCSI s’est notamment fortement investi sur la question du report de charges.

Participation à l’ODAE-Romand

L’Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE-romand) a été créé suite à l’adoption par le peuple suisse de la révision de la Loi sur l’asile et de la nouvelle Loi sur les étrangers en 2006. Sa mission est de fournir des informations concrètes, factuelles et fiables sur l’application de ces lois, à partir de cas individuels posant problème sous l’angle du respect des droits humains. Le CCSI participe activement au bon fonctionnement de l’Observatoire en fournissant régulièrement des cas concrets d’application problématique des lois précitées, en contribuant à la rédaction de divers rapports thématiques, et en siégeant au comité de l’association.

 

Mais encore…